Arthur Schopenhauer et l’évidente affinité de l’homme avec les animaux


5 vote(s)
Loading...
< 30mn
normal

En guise d’épilogue, voici un passage qui montre amplement la sensibilité de Schopenhauer à l’égard des souffrances des animaux : « Le plus grand bienfait des chemins de fer est qu’ils épargnent à des millions de chevaux de trait une existence misérable. »

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recherche avancée

Médias

Complexité

Durée

Animalisme

Débats

Écologie

Exploitation

Militantisme

Nutrition et alimentation

Thèmes transversaux

Réinitialiser le formulaire
WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com